Google+ pour entreprise, une plateforme sociale à surveiller !

J’ai récemment découvert que Google offrait aux entreprises une solution nommée Google Mon Entreprise. En voici un petit aperçu.

Tout le monde connaît les trois populaires , soit Facebook, Twitter et LinkedIn, mais Google+ est en voie de devenir une possibilité incontournable pour les entreprises. Google+ fait partie de la solution Google Mon Entreprise. Curieuse comme je suis, j’ai effectué quelques recherches et vous propose en quelques points les avantages (qui me semblent les plus considérables).

Référencement Google…gratuit!

Vous le savez, Google est le moteur de recherche le plus populaire au monde. En étant présent sur Google+, vous profitez alors d’un référencement naturel  (SEO pour Search Engine Optimization), c’est-à-dire que le moteur de recherche de Google va indexer votre page Google+ et la situer dans les premiers résultats de recherche. C’est-tu pas beau ça ?

seo-1018442_960_720

Le pouvoir des cercles !

Tout comme Facebook, il est possible via votre page Google+ de partager du contenu, de suivre d’autres pages, de répondre à des commentaires et ainsi d’entretenir des liens et de construire une bonne réputation d’entreprise. Là où Google+ vient marquer des points est l’utilisation des cercles. Tout comme un profil personnel Google+, une page d’entreprise peut se créer des cercles selon différents critères. Les cercles peuvent par exemple correspondre à différents types de clients ou différentes entreprises œuvrant dans le même domaine. En conséquence, le contenu partagé peut être seulement dirigé vers un ou plusieurs cercles. Voilà une manière très intéressante de faire de la publicité ciblée gratuitement et de personnaliser vos contenus !

Venn_diagram_cmyk

Services Google

En se créant une page Google+, on peut alors profiter des autres services offerts tels que:

  • Google Maps : pour localiser votre entreprise et y intégrer toutes ses informations importantes de contact;
  • YouTube : le compte Google+ peut être associé à une chaîne YouTube du même nom et ainsi publier du contenu audiovidéo et le partager sur votre page Google+;
  • Google Hangout : pour lancer des vidéoconférences directement avec vos clients et les intégrer par la suite sur votre site web ou votre blogue via votre chaîne YouTube;
  • Google Analytics : vous aurez également accès à une multitude de statistiques sur vos abonnés et votre visibilité. Il produit également des rapports sur l’engagement de vos abonnés à travers la performance de vos publications;
  • Google Agenda : vos événements Google+ s’intègrent à l’agenda;
  • Et encore plus…!

Marketing B2B

Afin de rejoindre davantage les entreprises et promouvoir vos produits ou vos services par une stratégie de marketing B2B, investir dans les médias sociaux est gagnant. Google+ peut être une solution avantageuse, si l’on considère tous les avantages présentés précédemment. Google+ compte en effet de plus en plus de pages d’entreprises et des communautés dans différents domaines.

google-plus-940316_960_720

Tel que mentionné dans mon dernier billet, une analyse des différentes plateformes sociales est cruciale afin de déterminer celles qui répondent davantage aux objectifs d’entreprise et aux besoins de votre public.  Notez que plus les fonctionnalités sont nombreuses, plus d’efforts doivent être investis pour élaborer une stratégie de médias sociaux complète. Considérant toutes celles offertes par Google+, je vous recommande de l’ajouter à votre grille d’analyse !

Pour ceux et celles qui utilisent déjà Google+ en entreprise ou bien qui l’envisage, avez-vous des recommandations ou des commentaires à partager sur votre expérience ?

Pour en savoir plus

 

Publicités

L’heure des choix est arrivée, quel média social privilégier ?

Votre entreprise s’apprête à se lancer sur les médias sociaux ?  On pense analyse, choix et stratégie.

Étape 1 : Analyse des besoins

Avez-vous besoin d’augmenter la visibilité de votre entreprise ? Aspirez-vous à établir un service à la clientèle plus accessible ? Désirez-vous partager votre vision d’entreprise et vos valeurs ? Plusieurs raisons peuvent amener une petite, moyenne ou grande entreprise man-602684_960_720à être présent dans le Web 2.0.

Quelles que soient vos intentions, vous ne devez jamais perdre de vue votre public. Qui désirez-vous rejoindre ? Quels sont les médias sociaux qui peuvent davantage les rejoindre ? Pour ce faire, renseignez-vous sur vos clients et leurs habitudes 2.0.

Étape 2 : Analyse de l’offre 2.0 et choix

Chaque média social possède ses propres caractéristiques et celles-ci peuvent répondre ou non  aux besoins identifiés lors de la première analyse. Pour ce faire, prenez le temps d’explorer vos possibilités et de consulter des sources sur le sujet. Par exemple, Twitter est très utile pour rejoindre très rapidement vos abonnés et publier beaucoup de contenu pendant des événements. Pinterest est intéressant si vous désirez mettre de l’avant des images de produits et Facebook, quant à lui, permet entre autres de bien créer un lien d’engagement avec les abonnés. Pour en savoir plus, rendez-vous à la fin du billet !

Étape 3 : Développer une stratégie de médias sociaux

Afin de bénéficier des avantages de l’utilisation des médias sociaux, il est primordial de développer et d’établir une stratégie. Tout en sachant que le blogue restera toujours votre plateforme de diffusion numéro un, les médias sociaux serviront à promouvoir votre contenu de différentes façons et ainsi rejoindre différentes communautés.

À quelle fréquence publier ? Quel type de contenu publier et comment l’adapter selon le média ? Qui est responsable des publications ?  Comment maintenir l’engagement de vos abonnés ? Plusieurs questions méritent donc d’être réfléchies, développées dans une stratégie médias sociaux afin de favoriser leur succès.

chess-316658_960_720

Assurez-vous par la suite que cette stratégie soit approuvée par la haute direction et distribuée à travers les employés concernés. Une formation est également toujours essentielle afin de bien outiller vos gestionnaires de communautés. Tel que mentionné dans mon premier billet, puisque vos responsables médias sociaux ne sont pas toujours des experts en la matière, il est important d’aller chercher la formation nécessaire, même si celle-ci provient de l’externe!

En bref, j’espère que ce billet vous aidera dans votre réflexion! Bon courage et sachez que peu importe vos choix, prenez le temps de bien les apprivoiser. Soyez à l’écoute de vos publics en étant présents et alertes sur les médias sociaux. Il y a toujours place à l’amélioration, alors prenez en note vos bons comme vos moins bons coups !

Pour en savoir plus

  • Analyse et caractéristiques des médias sociaux

Comment ça marche. Choisir un réseau social adapté à son entreprise. http://www.commentcamarche.net/faq/40419-choisir-un-reseau-social-adapte-a-son-entreprise

La Presse. Choisir le bon média social. http://affaires.lapresse.ca/portfolio/pme/201511/25/01-4924534-choisir-le-bon-media-social.php

Le Soleil. Réseaux sociaux et entreprise : l’entrepreneur branché. http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/techno/201404/12/01-4756885-reseaux-sociaux-et-entreprises-lentrepreneur-branche.php

  • Importance du blogue et de la stratégie de médias sociaux

BDC. Comment créer une stratégie de medias sociaux. https://www.bdc.ca/fr/articles-outils/marketing-ventes-exportation/marketing/pages/plan-marketing-medias-sociaux-liste-entreprise.aspx

Michelle Blanc. Comment créer une politique médias sociaux. http://www.michelleblanc.com/2013/05/15/comment-creer-une-politique-medias-sociaux/

Michelle Blanc. Le blogue demeure l’outil média social le plus efficace, mais encore mal aimé des CMO. http://www.michelleblanc.com/2012/09/24/blogue-outil-media-social-le-plus-efficace-mal-aime-des-cmo/

Sophie Marchand. Créer des opportunités d’affaires avec un blogue professionnel. http://fr.slideshare.net/sopmar01/crer-des-opportunits-daffaires-avec-un-blogue-professionnel

Sécurité et anonymat sur le Web, comment s’outiller ? (2/2)

Être anonyme sur le web, est-ce possible? Dans ce deuxième billet sur la question, j’aborde comment vos données influencent votre expérience web.

Non seulement il est presque impossible de rester anonyme sur le web, mais on en sait beaucoup plus sur vous que vous le croyez!

Ce que Google sait sur vous ou votre entreprise :

google-76522_640

Saviez-vous que lorsque vous faites une recherche dans le moteur de recherche Google avec votre compte, celui-ci la garde en mémoire ? En effet, au fur et à mesure de vos recherches et des sites visités sur le Web, Google peaufine un profil numérique à l’image de vos intérêts, de vos goûts et de vos habitudes de navigation, afin de rendre votre expérience la plus personnalisée possible. Il vous propose ainsi des résultats de recherche et des publicités correspondants davantage à vos besoins. Suffit d’aller visiter le site d’une boutique sur l’heure du dîner pour vous faire suggérer à votre prochaine visite sur Facebook des boutiques semblables dans les espaces publicitaires. Cela s’applique également à l’usage du compte Google de votre entreprise ainsi que toutes les applications qui en découlent.

Google vous donne par l’occasion la possibilité de paramétrer votre profil selon vos préférences. Vous remercierez par la suite Google pour toutes les suggestions forts utiles et celui-ci vous remerciera à son tour pour toutes les données que vous lui fournissez gratuitement et dont il fera bon usage. N’oublions pas ce désormais populaire dicton : Si c’est gratuit, vous êtes le produit!

Je vous invite donc à faire un petit test amusant (ou terrifiant dépendamment de votre vision de la chose) et découvrir votre profil numérique, en vous connectant avec votre/vos compte(s) Google : https://www.google.com/ads/preferences/.

Et puis, surpris de votre profil? Est-il représentatif de votre personne, de vos intérêts et de vos habitudes de consommation?

D’ailleurs, paramétrer un profil numérique représentatif pour une entreprise peut être intéressant et utile afin d’améliorer le travail du gestionnaire de communautés web; que ce soit en lui proposant des publicités d’entreprises semblables ou des contenus intéressants et utiles pour l’entreprise. Si l’envie vous prend, vous pourriez même décider de fausser les données de votre profil numérique! C’est à votre guise, suffit seulement d’être conscients de nos possibilités… et d’assumer par la suite le contenu que Google vous proposera !

Petite parenthèse, je vous invite à visionner la vidéo humoristique suivante réalisée en 2013 par l’agence de communication Adesias qui présente fort bien comment sont utilisées vos données personnelles sur le web et aborde l’enjeu du Big Data. N’hésitez pas à la partager dans votre entourage afin de les sensibiliser !

 

Droit à l’oubli

On connaît tous quelqu’un dans notre entourage qui se vante de ne pas être « présent » sur le Web. Permettez-moi d’en douter un peu: il suffit de faire une recherche Google avec le nom de la personne et de filtrer un peu les résultats pour y trouver (sauf exception) des bribes d’information. Saviez-vous qu’il existe un débat international sur ce qu’on appelle le droit à l’oubli ? En Europe, il est possible de faire appel au droit à l’oubli depuis 2014:

Le droit à l’oubli, validé en 2014 par un arrêt de la Cour européenne de justice, permet à un particulier de faire disparaître des informations personnelles indexées par un moteur de recherche, notamment si elles sont périmées ou inexactes.

Google s’y conforme en permettant depuis le 29 mai 2014 aux internautes européens de remplir un formulaire en ligne pour lui signaler les contenus qu’ils souhaiteraient effacer de ses résultats de recherche.

Source: http://techno.lapresse.ca/nouvelles/internet/201511/25/01-4924650-droit-a-loubli-google-a-recu-plus-de-300-000-demandes-en-un-an-et-demi.php

delete-button-fAu Canada et aux États-Unis, selon mes recherches, il n’est pas encore possible de faire appel à ce droit. Depuis la fin novembre 2015, Google a reçu 348 085 demandes pour appliquer le droit à l’oubli dans les résultats de recherche. Il en a refusé plus de la moitié, car il faut répondre à certains critères, comme si par exemple l’information publiée est mensongère et n’est pas jugée d’intérêt public.

Malgré qu’exercer le droit à l’oubli pourrait être gagnant pour une entreprise ou un individu, cela amène l’archiviste en moi à réfléchir sur une conséquence possible. En effet, est-ce qu’effacer à tout jamais certaines informations significatives ne serait pas une façon d’oublier notre Histoire?

Pour en savoir plus:

  • Sécurité et anonymat en ligne :

L’actualité. Découvrez ce que Google sait de vous.             http://www.lactualite.com/techno/vie-numerique-blogues/decouvrez-ce-que-google-sait-sur-vous/

Rue 89. Vie privée : le guide pour rester anonyme sur Internet. http://rue89.nouvelobs.com/2012/02/02/vie-privee-le-guide-pour-rester-anonyme-sur-internet-228990

Tom’s Guide. Disparaître d’Internet sans laisser aucune trace. http://www.tomsguide.fr/faq/id-2947625/disparaitre-internet-laisser-trace-google-facebook-twitter.html

  •  Droit à l’oubli :

Droit-finances.net. Formulaire Google droit à l’oubli : adresse et mode d’emploi.      http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/39882-formulaire-google-droit-a-l-oubli-adresse-et-mode-d-emploi

La Presse. Droit à l’oubli: Google a reçu plus de 300 000 demandes en un an et demi. http://techno.lapresse.ca/nouvelles/internet/201511/25/01-4924650-droit-a-loubli-google-a-recu-plus-de-300-000-demandes-en-un-an-et-demi.php

Le Journal de Montréal. La menace du « droit à l’oubli ». http://www.journaldemontreal.com/2014/04/11/la-menace-du–droit-a-loubli

Triplex, le blogue techno de Radio-Canada. Google et le malaise du droit à l’oubli.  http://blogues.radio-canada.ca/triplex/2014/09/30/catherine-mathys-9/

Sécurité et anonymat sur le Web, comment s’outiller ? (1/2)

Être anonyme sur le Web, est-ce possible? Voilà toute une question, n’est-ce pas ? À mon humble avis, il s’agit presque d’une Mission Impossible de ne laisser aucune trace derrière nous lors de nos passages quotidiens sur le Web.

14217821769_18b4de3af2_oNous n’avons qu’à penser par exemple à toutes les applications sur notre téléphone (qui requièrent souvent des accès à nos données personnelles), aux divers formulaires remplis en ligne ou bien aux commentaires laissés un partout sur plusieurs plateformes, pour finalement s’apercevoir que toutes ces données fournies servent bien les entreprises à entre autres élaborer leurs stratégies de marketing et de vente. Il est toutefois possible de minimiser les traces et de sécuriser davantage nos données personnelles, afin que celles-ci ne soient pas accessibles à tous…surtout pas aux hackers malveillants.

Voici quelques trucs et astuces dont je me sers régulièrement (listés sans ordre d’importance) :

  • Cache et historique de navigation : Peu importe le navigateur web utilisé, il est important de vider régulièrement sa cache et son historique de navigation.
  • Navigation privée : Si nous ne désirons pas du tout laisser de traces, comme lors d’une transaction ou d’une saisie de données personnelles (ou bien en tout temps, c’est à votre guise!), il est possible d’utiliser la fonction navigation privée de votre navigateur. Nota bene : Votre fournisseur Internet connaîtra tout de même les pages que vous visitez.
  • Mots de passe : Évidemment, l’usage de différents mots de passes forts est recommandé. Une fois déterminés, il ne faut pas non plus oublier de les modifier de temps en temps ! Même si cela peut vous causer quelques désagréments sur le coup, comme la non-synchronisation de vos données de vos appareils intelligents, cela en vaut tout de même la peine.
  • Formulaires en ligne : Lorsque vous remplissez des formulaires en ligne, peu importe la raison, portez attention aux astérisques (*) qui indiquent les champs obligatoires. Pourquoi fournir plus d’informations que nécessaire?
  • Applications : Avant de télécharger des applications, attardez-vous un instant aux accès requis par celles-ci. Si l’application vous demande d’avoir accès à votre numéro de téléphone, mais n’en a point besoin pour fonctionner, soyez vigilants. Ceci dit, il est de plus en plus difficile de ne pas accepter de fournir des données personnelles lorsque l’application voulue est un incontournable.
  • Réseaux sociaux : N’hésitez pas à aller explorer les paramètres de confidentialité de vos réseaux sociaux afin de limiter l’accès à vos données.

false-answers-to-online-security-questions-makes-it-easier-for-hackers-t_1707_40062525_0_14114917_500Les points énumérés ci-dessus ne sont que quelques conseils pour sécuriser vos données personnelles sur le Web. Il en existe plusieurs autres et si vous en connaissez, je vous invite à les partager dans la zone des commentaires ! Dans mon prochain billet, il sera davantage question des conséquences de l’accumulation de vos datas dans votre expérience de navigation web…restez à l’affût!

 

Le train du Web 2.0 en entreprise

Les nouvelles technologies deviennent de plus en plus omniprésentes dans nos vies. Êtes-vous en accord avec cette affirmation?

Je pense que tout le monde s’entend pour répondre que c’est de plus en plus inévitable. Non pas seulement à la maison (mon cellulaire ne me quitte jamais, ou presque….), mais au boulot aussi! Que ce soit pour rejoindre leur clientèle ou bien pour accroître le sentiment d’appartenance de ses employés, les entreprises ont sauté dans le train du Web 2.0. Les embarquements se sont faits à des heures différentes, certains passagers sont arrivés un peu en retard et d’autres se font encore attendre…

giphy

Suite à leur arrivée sur le Web 2.0, les organisations ont dû s’approprier plusieurs plateformes, que ce soit Twitter, Facebook, LinkedIn, …et j’en passe une tonne. Il faut dire qu’il existe maintenant des professionnels pour les gérer, le saviez-vous ? En effet, les nouveaux métiers en communication sur le Web sont de plus en plus demandés dans les entreprises et les titres varient: gestionnaires de communautés Web, spécialistes en médias sociaux, gestionnaires de contenu web, etc. Cependant, ce ne sont pas toutes les organisations qui peuvent se permettre de créer ces nouveaux postes. Plusieurs n’ont même pas de responsable des communications, ce qui a pour conséquence que ce sont des personnes non formées qui s’occupent de gérer la présence de l’organisation sur le Web social.

En ce qui me concerne, je travaille dans un service d’archives. La direction a décidé d’aller de l’avant avec la création des comptes Facebook, Twitter, Youtube et Flickr afin de diffuser nos projets de mise en valeur d’archives à travers la communauté interne et externe. Celle-ci est gérée par une de mes collègues archivistes, qui n’est pas une spécialiste en la matière, mais qui se débrouille fort bien! Il faut toutefois être alerte aux nouvelles tendances ainsi qu’aux stratégies à privilégier afin de répondre aux besoins des abonnés ou des visiteurs. À ce sujet, je vous recommande d’aller consulter une publication très intéressante du CEFRIO (Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations) intitulée Le livre blanc sur les usages du web 2. dans les organisations , qui développe sur la situation des organisations publiques et privées qui évolue vers le Web 2.0 et qui se veut un guide pour les aider dans ce changement.

Online marketing concept

De votre côté, votre entreprise est-elle présente sur les réseaux sociaux ? Si oui, qui en est responsable ? L’équipe des communications ? La secrétaire lorsqu’elle a un peu de temps ? Le directeur à ses heures ?

Pour en savoir plus: